Mario, de la douceur et de l’entêtement

Aguero Cabrera Mario
Située sur la péninsule d'Hicacos, dans la province de Matanzas, au Nord du Cuba, la ville de Varadero se présente comme une longue et mince langue de terre qui s'enfonce dans l’eau. Ses plages tropicales sont belles, ses grottes fascinantes et les paysages bleus turquoise de la mer des Caraïbes viennent compléter l'attrait de sa station balnéaire hors pair. C’est dans ce décor charmant qu’Aguero Cabrera Mario fait la connaissance en 1975 d’une  jeune touriste française pendant son séjour  dans l’hôtel où il travaille. Il en tombe amoureux et la rejoint illico  à Lille, la ville où il bâtira une belle carrière de restaurateur. 

A la métropole lilloise, il travaille dans plusieurs restaurants comme, serveur, barman, maître d’hôtel jusqu’à 2007 où il créé son premier restaurant « La Petite Havane » sur rue de Paris. L’investissement est important mais Mario a toujours été prévoyant : « Je me suis sacrifié depuis ma venue en France et me suis bien serré la ceinture. Je savais qu’un jour j’aurais besoin de moyens pour monter mon affaire. Même pour ma maison, que j’ai acquise en 2001, c’est moi qui ai effectué tous les travaux pour réduire au maximum les dépenses », explique- t-il.
Le restaurant connait vite un grand succès : « ce qui fait la réussite de ce lieu c’est d’abord son authenticité. Le menu est 100% cubain. En plus, le Cuba, de par son histoire et ses héros, est un pays qui nourrit le mythe et les clients sont très sensibles à cela », poursuit le restaurateur.
En 2009, Mario ouvre une autre « Petite Havane » à Cassel mais là il voit les choses en grand. C’est un complexe touristique qui comprend bar, salle de réception et cinq chambres d’hôtes où on se croit au pays du Che.

Photo chère à Mario. Ici On le voit à côté de Castro

A 50 ans, le patron du seul restaurant cubain à Lille a le mal du pays. La retraite, il la voit à Varadero auprès des siens : « Je me suis remariée en 2001 avec une Cubaine avec qui j’ai une petite fille mais la famille me manque terriblement. J’espère rentrer définitivement à Cuba et créer un restaurant de spécialités françaises ». Mario espère seulement que d’ici là, son pays fasse preuve de souplesse économique et s’ouvre aux investissements.
Claude, son collaborateur, est confiant dans les projets de son patron: « Il est entreprenant et très têtu. Il ne lâchera rien », confie-t-il.


Le petit questionnaire

Vos endroits préférés à Lille ?
Le Vieux Lille où j’ai travaillé depuis mon arrivée en France et le quartier Wazemmes où j’habitais.

Le personnage qui vous a le plus marqué ?
Jean Pierre Gambier, le patron d’une chaîne de restauration où je travaillais comme serveur. Il avait une forte personnalité et n’avait presque pas pitié de son personnel. Il est à la fois gentil et sévère. Il pouvait facilement licencier un employé en cas d’erreur. C’est un vrai homme d’affaires qui laisse peu de place aux sentiments.

Des images que vous gardez de votre installation en France ?
J’en ai trois. La première, quand ma première femme m’emmène au supermarché. C’était du jamais vu pour moi. A l’époque au Brésil, on avait que des épiciers. Je courais dans les rayons comme un enfant devant cette profusion de produits et de couleurs.
La deuxième image : quand j’étais dans la voiture avec ma femme qui conduisait. Un jeune passant traverse la rue alors que le feu était au vert et du coup on a dû s’arrêter. Le piéton nous regarde avec méchanceté et fais un bras d’honneur à ma femme. Je suis devenu rouge de rage et j’ai détaché ma ceinture de sécurité pour aller lui voler dans les plumes quand ma femme m’a retenu en me disant : « Ici, il faut se calmer »
La troisième image est plus dramatique. Je voyais quelqu’un plié sur une poubelle dans la rue et j’ai dit à mon épouse « regarde ! Le monsieur a eu un malaise ». Ma femme me répond alors : « Mais non, il cherche quelque chose à manger ». Je n’ai jamais vu ça au Brésil. Malgré la pauvreté, chacun peut apaiser sa faim dignement.

2 commentaires:

  1. J'adore les petites histoires...très humaines
    Alain

    RépondreSupprimer
  2. Bien sur, Mario une légènde cubaine!!!! à la Ptite Havane on se retrouve à Cuba, avec l'humeur, la simplicité et le bon savoir vivre de cubain! en plus c 'est le roi de mojitos! Viva Cuba en Francia et bravo à La Ptite Havane!!!

    RépondreSupprimer